,

Japon : un androïde qui apprend à parler de lui même !

Crédits : iStock

Le projet Androïdol U apparaît comme très spécial dans le monde de la robotique, il s’agit même d’une sacrée avancée. En effet, l’androïde à l’apparence d’une jeune femme est capable de parler de lui-même et d’exprimer des opinions personnelles.

Le projet Androïdol U est sans conteste une avancée dans le domaine de la conception de robots. Nous sommes de plus en plus proches de la ressemblance humaine avec cet androïde répondant au nom de U, mis au point par l’université d’Osaka (Japon) et la société leader dans les technologies de l’information Dwango Co.

L’androïde présenté prend l’apparence d’une jeune femme de 22 ans au physique avantageux, cela ne surprendra personne. U répond par elle-même et en temps réel aux commentaires laissés par les internautes sur la plateforme Nico Nico Live, un site de partage de vidéos lancé il y a une dizaine d’années par Dwango Co. Par exemple, l’androïde U s’est vu demander de détailler le nombre Pi, ce qu’elle commencé à faire, mais après avoir récité une dizaine de décimales, celle-ci s’est arrêtée et a déclaré :

« Je pense que ce serait un gaspillage de mémoire si je me souvenais de tous ces chiffres. »

U a donc exprimé son opinion personnelle et n’a pas exécuté bêtement une demande qui n’a ni queue ni tête, alors que d’autres robots auraient pu réciter les décimales indéfiniment ! Ceci est la preuve d’une véritable prouesse technique.

Hiroshi Ishiguro, professeur de robotique à l’Université d’Osaka, a expliqué que Nico Nico Live était la plateforme idéale pour présenter l’androïde U qui peut alors interagir avec les utilisateurs. Plusieurs apparitions du robot se dérouleront en direct sur le site en question, on pourra donc le voir en train de « dormir » ou encore jouant les rôles de réceptionniste et de mascotte pour la chaîne de magasins nippons Parco.

Le Japon, pionner en matière de robotique, prouve encore qu’il demeure le pays où les créations dans ce domaine sont les plus étonnantes. Enfin, une telle technologie pose des questions importantes en ce qui concerne les applications et les externalités pouvant en découler, mais cela est une autre histoire.

Sources : The Asahi ShimbunDozoDomo