in

La Terre aurait un nouveau continent : « Zealandia »

Crédits : iStock

Et si la Terre ne présentait pas que six continents géologiques ? Une étude récente suggère l’existence d’un septième continent géologique appelé « Zealandia » caché sous notre nez depuis des millénaires.

Nous savons tous qu’il existe sept continents : l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud ; l’Océanie et l’Antarctique. Les géologues regroupent néanmoins l’Europe et l’Asie en un supercontinent : l’Eurasie. On dénombre ainsi un total six continents géologiques. Mais selon une étude récente de la croûte terrestre, il y aurait en fait un septième continent géologique appelé « Zealandia » caché sous notre nez depuis des millénaires.

L’Océanie est le moins étendu des continents émergés de la Terre. L’Australie comprend l’essentiel de sa surface et de sa population et alors que le reste de l’Océanie est un ensemble d’îles, la terre principale d’Australie est parfois considérée comme une masse continentale à elle seule. Mais cette nouvelle étude soutient l’idée que la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie ne sont en fait pas seulement une chaîne d’îles. Elles feraient toutes deux partie d’un seul bloc de 4,9 millions de kilomètres carrés, une dalle gigantesque bien distincte de l’Australie.

L’idée n’est pas nouvelle. Le terme « Zealandia » fut inventé en 1995 par Bruce Luyendyk, un géophysicien de l’Université de Californie, mais les preuves manquaient et Luyendyk n’avait à proprement parlé pas assez de matière pour décrire un nouveau continent. Au contraire, le nom fut ensuite utilisé pour décrire la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie et une collection de croûtes submergées qui rompirent il y a de ça 200 millions ans avec une région du Gondwana, un supercontinent. Finalement, la véritable question était de savoir si les limites bien définies autour de la zone étaient suffisamment larges pour que le tout puisse être considéré comme un continent plutôt qu’un microcontinent ou un fragment continental. Et selon cette nouvelle étude, la réponse est oui.

En étudiant de nouvelles données par satellite détaillant avec précision la topographie des fonds marins, les chercheurs ont alors déterminé que Zealandia est en effet une région unifiée. « Si l’élévation de la surface solide de la Terre avait été cartographiée de la même manière que celles de Mars et Vénus », écrivent les chercheurs, « alors nous soutenons que Zealandia aurait été identifié beaucoup plus tôt comme l’un des continents de la Terre ». Les auteurs soulignent également le fait que contrairement à l’Inde qui pourrait être considérée comme un continent à elle seule, mais qui fait aujourd’hui partie intégrante de l’Eurasie du fait des collisions entre les différents blocs continentaux, Zealandia n’aurait à ce jour pas encore « embrassé » l’Australie, les blocs étant séparés d’environ 25 kilomètres.

Pour finir, notons également que ce qui rend la considération de Zealandia difficile est sa division en segment nord et sud par deux plaques tectoniques : la plaque australienne et la plaque pacifique. Cette division apparente induit un bloc fragmenté plutôt qu’une dalle unifiée, mais les chercheurs soulignent le fait que l’Arabie, l’Inde et certaines parties de l’Amérique centrale ont également des divisions similaires, ce qui n’empêche pas de les considérer comme des parties intégrantes de grands continents. Aujourd’hui, seulement 5 % du continent Zealandia seraient émergés, le reste gisant sous les eaux depuis des millions d’années.

Source