,

Dubaï se prépare à lancer le premier « taxi-drone » au monde

Crédits : capture écran / chaîne Youtube Ehang

La ville de Dubaï, aux Émirats arabes unis, lancera dès juillet prochain le premier réseau de transport de drones monopassager. L’engin en question, le EHang 184, d’origine chinoise avait été présenté au CES 2016.

Nous y sommes : Dubaï va devenir la première ville à héberger le premier réseau de transport basé sur des drones monopassager. D’après l’Agence des transports, ce mode de déplacement sera déployé en juillet prochain dans la grande ville des Émirats Arabes Unis. Le EHang 184, présenté au CES 2016 pourra transporter un unique passager et une petite valise dans la limite totale de 100 kilogrammes. L’autonomie du véhicule avoisinerait quant à elle les 30 minutes pour environ 50 kilomètres de distance parcourue. L’engin, pesant environ 250 kg et conçu pour supporter les chaleurs extrêmes de la région, pourrait atteindre une vitesse de 160 km/h, mais les opérateurs ont affirmé qu’il voyagera à une moyenne de 100 km/h.

En taxi-drone, pas de chauffeur. Les passagers seront invités à sélectionner leur destination sur un écran tactile puis le drone débutera son ascension pour amener le passager à sa destination. Il sera surveillé par un centre dédié qui s’occupera également du paiement. Toutes les communications entre le centre de contrôle et le drone taxi s’effectueront par liaisons cellulaires 4G LTE. Une chose est sûre : les passagers n’auront cette fois-ci aucune chance de se retrouver coincés dans le trafic avec ce genre d’appareils nous rappelant vaguement un certain véhicule chassé par un taxi dans le second volet de la trilogie Retour vers le futur. À défaut d’avoir Biff comme chauffeur, il faudra ici faire avec une machine.

Le réseau des EHang 184 s’intégrera avec le projet du cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, le gouverneur de Dubaï, qui mise sur les véhicules autonomes qu’il veut voir représenter un quart des transports publics de la ville d’ici 2030. La ville dispose déjà de bus autonomes, les EZ10 réalisés par l’entreprise française EasyMile. Les autorités ont également signé un accord avec Hyperloop One pour étudier la future mise en place d’une ligne entre Dubaï et Abou Dabi, la capitale des Émirats Arabes Unis. Et plus récemment, la ville signait un contrat pour l’achat de 200 véhicules autonomes Tesla qui joueront les taxis tout comme nos engins volants dans cette ville pas tout à fait comme les autres.

Source