,

Que se passe-t-il quand le cœur cesse de battre ?

Durant un arrêt cardiaque, il faut parfois plusieurs minutes avant de faire repartir les pulsations. Que se passe-t-il exactement à ce moment-là, quand le cœur cesse totalement de battre dans le corps humain et durant ces minutes qui sont si précieuses ?

Le mardi 27 décembre 2016, l’actrice Carrie Fisher, icône d’une génération pour avoir interprété le rôle de la Princesse Leia dans la saga Star Wars, est décédée des suites d’un arrêt cardiaque survenu durant un vol entre Londres et Los Angeles, le 23 décembre dernier. L’actrice âgée de 60 ans aurait en effet subi un arrêt cardiaque environ 15 minutes avant que l’avion n’atterrisse à Los Angeles.

Un médecin urgentiste qui était également sur le vol a rapidement pratiqué une RCR (réanimation cardio-respiratoire) et une fois l’avion atterri, une équipe d’ambulanciers a poursuivi la réanimation. Il aura fallu que ces derniers effectuent cette RCR durant quinze minutes supplémentaires avant d’avoir à nouveau un pouls. Carrie Fisher aurait donc passé une trentaine de minutes sans battement de cœur.

Que se passe-t-il dans le corps humain quand le cœur cesse de battre ?

Selon le Dr S. Jacob Scheinerman, directeur du service cardiovasculaire et thoracique à l’hôpital Lenox Hill de New York, sans battements du cœur, le sang cesse d’irriguer les organes, y compris le cerveau et le cœur. Quand une personne ne reçoit pas assez de sang dans son cerveau par exemple, cette personne perd connaissance comme il l’avait signalé à Live Science. Et perdre conscience peut amener une personne à ne plus respirer.

Cette combinaison du manque d’irrigation sanguine et du manque d’oxygène dans le sang peut uniquement être restaurée en faisant repartir le sang vers le cœur ou le cerveau. C’est là qu’intervient la RCR. Durant un massage cardiaque, on va permettre au cœur de pomper à nouveau de manière artificielle. Pour le docteur, cinq à dix minutes sans battements de cœur ni RCR sont suffisantes pour causer des dommages cérébraux irréversibles.

Mais même si une bonne RCR est pratiquée, c’est le temps qui sera le plus précieux dans les chances de survie d’une personne en arrêt cardiaque. « Par exemple ici, s’il faut 30 minutes pour retrouver un pouls, les probabilités de rétablissement sont extrêmement minces », déclare le Dr Scheinerman. « Même si le cœur d’une personne se remet à battre, il y a des chances que de sérieux dommages aient été causés aux autres organes de cette personne, comme le cerveau ou encore les reins, à cause du manque d’irrigation sanguin ».