,

Planté en 1625, ce pin blanc du Japon a survécu au bombardement d’Hiroshima

Pixabay / ilyessuti

Il ne mesure qu’une trentaine de centimètres de haut et à première vue, il ressemble à n’importe quel bonsaï. Pourtant, ce petit arbre, un pin blanc du Japon, est un véritable témoin de l’Histoire puisqu’il a été planté en 1625 et qu’il continue de prospérer.

Aujourd’hui, c’est à la National Bonsai Foundation, une organisation installée à Washington aux États-Unis, que l’on peut admirer cette perle de 30 centimètres de haut. Mais avant d’arriver aux États-Unis en 1976, ce pin blanc du Japon a vécu bien des choses, lui qui a été planté en 1625 par la famille Yamaki, à Hiroshima au Japon.

Cette famille qui élevait des bonsaïs depuis plusieurs générations et qui a transmis son savoir a permis à cet arbre de prospérer à travers les âges. Il a notamment survécu à ce triste jour du 6 août 1945, lorsque la célèbre bombe nucléaire « Little Boy » s’est écrasée à quelques kilomètres. Masaku Yamaki, maître des bonsaïs, se trouvait dans sa maison avec sa famille. Si la bombe a dévasté environ 90% de la ville d’Hiroshima et causé des milliers de morts, la famille Yamaki s’en est sortie et les bonsaïs aussi.

En 1976, le Nippon Bonsai & Penjing Museum a offert 53 bonsaïs aux Etats Unis pour célébrer leur bicentenaire, parmi lesquels figurait ce pin blanc de la famille Yamaki. Jusqu’alors, personne ne connaissait vraiment l’histoire de ce petit arbre, et ce, jusqu’en 2001. Au mois de mars de cette année là, le National Bonsai & Penjing Museum a reçu la visite de Shigeru Yamaki et son frère Akira. Ils ont alors demandé où se trouvait « l’arbre de leur grand-père« , et ont ainsi révélé toute l’histoire au responsable du musée.

Après de nombreuses recherches sur ses ancêtres, Shigeru Yamaki a pu rapporter aux États-Unis des documents historiques confirmant que l’arbre était un spécimen précieux et très rare provenant de l’île de Miyajima située au sud de Hiroshima. « Le pin de Yamaki est réellement un témoignage de paix et de beauté et nous avons la chance de rendre compte du miracle de sa survie en 1945« , écrit dans un communiqué le musée où est actuellement abrité le pin blanc. L’année dernière, on commémorait les 70 ans du bombardement d’Hiroshima.