Les photos rares d’une tribu isolée d’Amazonie qui ne passent pas

C’est au plus profond de la forêt tropicale brésilienne que vit une tribu amazonienne très isolée. Depuis un hélicoptère, un photographe brésilien a capturé des images de cette tribu...
Crédits : RICARDO STUCKERT

C’est au plus profond de la forêt tropicale brésilienne que vit une tribu amazonienne très isolée. Depuis un hélicoptère, un photographe brésilien a capturé des images de cette tribu indigène pour un résultat qui divise le public, entre témoignage et intrusion.

Ce sont des images aériennes en haute résolution d’une tribu isolée de la forêt tropicale brésilienne qu’est parvenu à capturer le photographe brésilien Ricardo Stuckert en nous offrant là un aperçu sans précédent d’une communauté indigène vivant dans l’isolement complet au cœur de l’Amazonie. « Penser qu’au 21e siècle, il existe encore des personnes qui n’ont aucun contact avec la civilisation, vivant comme leurs ancêtres le faisaient il y a 20 000 ans, c’est une émotion puissante », confie le photographe au National Geographic.

Ces clichés nous montrent avec précision certaines caractéristiques de ce peuple telles que l’utilisation de peintures corporelles, des coupes de cheveux similaires ou encore les huttes de chaumes qui leur servent d’habitats. Seulement ce qui frappe immédiatement au vu des clichés, c’est la réaction de ces personnes à la vue de l’hélicoptère. Le photographe a d’ailleurs confié avoir été accueilli par une série de flèches à l’approche de l’hélicoptère.

Crédits : RICARDO STUCKERT

C’est là que l’opinion est divisée quant à la réelle nécessité de ce témoignage photographique. D’autant qu’une déclaration du photographe a fini de convaincre les personnes qui voient ici une invasion brutale et irrespectueuse : « Ils sont très, très primitifs et ils tirent contre tout ce qui ne leur est pas familier », relaye Francetvinfo. L’utilisation du terme « primitif » pour désigner les membres de la tribu ainsi que cette intrusion imposée envers un peuple volontairement isolé choque de nombreux internautes qui qualifient le photographe d’ethnocentriste, tout comme l’a fait la Fondation nationale de l’Indien (Funai).

Crédits : RICARDO STUCKERT

Dans un communiqué (en portugais), l’organisme reproche l’exposition publique de « ces peuples autochtones qui maintiennent volontairement leur isolement » et estime que « ce reportage fait preuve d’un manque de respect ». Du côté du photographe, on estime que le besoin de prouver que de telles tribus existent encore et de les étudier légitime une telle démarche.

Crédits : RICARDO STUCKERT

Crédits : RICARDO STUCKERT


Vous aimerez aussi