in

L’Australie face à la menace « fourmis de feu »

Crédits : Pixabay / OpenClipart-Vectors

 

Actuellement, l’Australie fait face à une invasion de fourmis pas comme les autres : les Solenopsis invicta, autrement nommées « fourmis de feu ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces dernières font des ravages et sont loin de ne s’attaquer qu’à l’homme !

La Solenopsis invicta est réputée pour occasionner la morsure la plus douloureuse du monde. Le venin ce cette fourmi originaire du Brésil n’est pas forcement mortel, mais il est très irritant. Si des petits malins se sont fait des frayeurs en testant la morsure de cette fourmi, la réaction allergique résultant d’une morsure peut tout de même être fatale.

En ce moment, l’Australie fait face à une grave invasion de ces fourmis, en particulier dans l’état du Queensland (nord-est). L’urgence est telle qu’un rapport a été remis au gouvernement australien par Andrew Cox, président du Conseil de surveillance des espèces invasives, dont voici un court extrait :

« Ce rapport montre que l’impact des fourmis de feu, si on les laisse proliférer, dépassera les effets combinés de tous nos animaux sauvages : les crapauds de cane, les chats et les chiens sauvages, les chameaux. L’impact serait donc énorme. »

La fourmi de feu est apparue pour la première fois dans l’État du Queensland en 2001, mais la situation visible plus de quinze années après est déplorable. La fourmi s’attaque à l’homme, au bétail, aux cultures, et même aux fondations ! Particulièrement vorace, la Solenopsis invicta impacte par exemple très fortement la ville d’Ipswich, près de Brisbane.

« Nous faisons tout ce qu’il faut pour les éradiquer, mais cela ne semble pas avoir beaucoup d’effet. Nous avons dû fermer un parc, car des enfants se faisaient piquer par ces petites créatures agressives », indique le maire de la ville, des propos recueillis par Euronews.

Les principaux acteurs de la décision dans l’État du Queensland estiment déjà que la prolifération des fourmis est très difficile à contenir, et qu’elle se poursuivra quoiqu’il arrive. Les moyens de défense sont d’ailleurs plutôt limités, par exemple l’utilisation de chiens renifleurs dont le but est de dénicher les fourmilières.

Plusieurs milliers de personnes sont exposées aux morsures, tandis que l’Australie devra dépenser plusieurs centaines de millions de dollars pour freiner la prolifération des fourmis lors de la prochaine décennie. À suivre !

Sources : EuronewsCanoë