in

Des chercheurs ont peut être trouvé une parade à la perte osseuse des astronautes

Crédits : Pixabay

Des chercheurs de l’Université de Londres ont recueilli des cellules souches provenant du liquide amniotique humain et les ont utilisées pour traiter des souris atteintes de la maladie des os fragiles. L’idée ? Traiter l’ostéoporose et renforcer la masse osseuse des astronautes qui peut perdre jusqu’à 2,5 % de sa densité pour chaque mois passé dans l’espace.

Des cellules retrouvées dans le liquide amniotique — le fluide protecteur qui entoure le bébé dans l’utérus — pourraient aider à renverser le vieillissement des os et même traiter les os fragilisés par l’ostéoporose d’après une équipe de chercheurs britanniques de l’University College London. Des travaux menés sur des souris élevées pour développer la maladie des os de verre suggèrent en effet que les cellules souches mésenchymateuses retrouvées dans le liquide ont des propriétés régénératrices permettant de réduire de près de 80 % le risque de fractures.

Des cellules souches de tissus fœtaux humains extraites de cordon ombilical sont déjà connues pour réduire les taux de fractures osseuses chez les souris, mais la transplantation n’améliore pas la solidité des os, seule une augmentation de la plasticité est observée. En revanche, les cellules mésenchymateuses du liquide amniotique prélevées sur un échantillon de femmes enceintes et en bonne santé 12 semaines avant la naissance ont quant à elles permis non seulement de réduire de 79 % le nombre de fractures, mais également de rendre les os plus solides, leur structure interne en étant renforcée.

Des essais cliniques chez l’humain sont d’ores et déjà envisagés d’ici deux ans. Pour la chercheuse : « si ces essais sont concluants, de nouveaux traitements contre la maladie des os de verre chez les enfants ou l’ostéoporose pourraient voir le jour. Je pense que dans les prochaines années, nous aurons de nouvelles façons de ralentir le vieillissement de notre squelette et ainsi réduire les risques de fractures et de douleurs. Le traitement pourrait également permettre le renforcement de la masse osseuse des astronautes, qui peut perdre jusqu’à 2,5 % de sa densité chaque mois passé dans l’espace ».

Nous sommes déjà habitués à mettre de la crème sur notre visage pour ralentir le vieillissement de la peau. Ici, c’est un peu la même chose pour le squelette, finalement.

Source