in

La nuit, même les arbres dorment !

Crédits : Pexels / Pixabay

Une équipe européenne de scientifiques a voulu savoir si les arbres suivaient les cycles jour/nuit, similaires à ceux observés sur les petites plantes. En étudiant de très près des bouleaux, des changements physiques similaires au sommeil ont été constatés.

Si vous allez camper en forêt et que vous ne trouvez pas le sommeil, sachez que les arbres, eux, dorment. Cette découverte est à mettre au crédit d’une équipe de scientifiques venus d’Autriche, de Finlande et de Hongrie, qui ont souhaité savoir si les arbres suivaient les cycles jour/nuit, similaires à ceux observés sur les petites plantes. Une étude parue dans la revue Frontiers in Plant Science.

Ces scientifiques ont alors utilisé des lecteurs laser qu’ils ont pointés sur deux bouleaux, dans deux pays différents, et sont parvenus à enregistrer des changements physiques similaires à l’état de sommeil nocturne. En particulier, à la fin de la nuit, les bouts des branches des bouleaux se sont affaissés de 10 centimètres. « Nos résultats montrent que l’arbre entier s’est affaissé pendant la nuit, ce qui peut être prouvé par le changement de position des feuilles et des branches. Les changements ne sont pas trop importants, seulement 10 centimètres pour les arbres d’une hauteur d’environ 5 mètres, mais on les a observés systématiquement et on les a enregistrés avec notre équipement« , a raconté dans un communiqué Eetu Puttonen, de l’Institut finlandais de recherche géospatiale.

Les deux bouleaux provenaient de Finlande et d’Autriche, et ont été analysés de façon indépendante, pendant les nuits calmes, au temps de l’équinoxe pour s’assurer que la longueur de la nuit n’influencera pas les résultats de la recherche. Comme ils l’expliquent dans leur étude, les scientifiques ont observé que les branches des arbres se sont affaissées juste avant l’aube, ne reprenant leur position initiale que plusieurs heures plus tard. Pour eux, cela est dû au phénomène dit de « la pression de turgescence« , à savoir une réduction de la pression d’eau interne de l’arbre. En l’absence de lumière solaire pendant la nuit, les arbres conservent probablement leur énergie en relaxant leurs branches qui sont inclinées vers le soleil pendant la journée.

« C’était un effet très clair, observé sur un arbre entier. Jusqu’à présent personne n’avait observé cet effet à l’échelle d’arbres entiers, et j’ai été très surpris par l’ampleur des changements« , a déclaré András Zlinszky, du Centre des recherches écologiques de Tihany, en Hongrie. Désormais, ils vont poursuivre leur étude sur d’autres arbres forestiers pour voir s’il s’agit d’une généralité ou d’un cas isolé du bouleau.

Sources : sciencealert, frontiers