in

Le nouveau classement des villes les plus polluées de France

Crédits : Alberto Hernández / Flickr

C’est un constat pour le moins alarmant qui est effectué par l’association Robin des Bois qui, à travers sont ouvrage « Atlas de la France toxique », effectue un nouveau recensement des villes de France les plus polluées, mais également comment celles-ci sont polluées.

Fondée en 1985, l’association Robin des Bois a pour objectif la protection de l’Homme et de l’environnement par toutes formes de réflexion et d’actions non violentes. Celle-ci vient de publier l’ouvrage « Atlas de la France toxique« , dans lequel elle recense le classement des villes les plus polluées de France, et ce, selon différents domaines et types de pollution. Sans réelle surprise, Paris, Marseille et Lyon, les trois plus grandes villes de France, ne sont pas vraiment exemplaires.

Trois métropoles qui reviennent donc constamment en haut des classements, mais dont l’ordre diffère selon la nature de la pollution mesurée par l’association qui plane sur ces villes. À titre d’exemple, Marseille est la ville la plus polluée en ce qui concerne les particules fines, avec une concentration moyenne de particules fines (PM10) record à 31,8 µg/m3, selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), contre 29,5 µ g/m3 à Lyon et 27 µ g/m3 pour Paris. Mais peu importe l’ordre, les trois villes dépassent les recommandations de l’OMS en la matière.

[media-credit name= »Crédits : Association Robin des Bois » align= »aligncenter » width= »600″]004043543[/media-credit]

Lyon prend la tête du classement des sites sensibles et contaminés, avec 68 sites représentant un danger sérieux pour la population, dont 3 sites classés Seveso. Marseille se classe deuxième de ce classement-là avec 52 sites dangereux dont 2 Seveso et Paris se classe troisième, pour aucun site Seveso.

Paris aussi a droit à la tête d’un classement, celui de la ville la plus radioactive avec 36 sites de stockage des déchets nucléaires. Lyon et Marseille se partagent la deuxième place de ce classement, avec 14 sites de stockage des déchets nucléaires.

Vivre à la campagne ou tout simplement loin de ces métropoles n’est pas forcément un gage de non-toxicité, l’association Robin des Bois rappelant qu’en province et en zone rurale, de nombreux sites classés Seveso existent et que la pollution aux pesticides est très présente, notamment dans certaines vallées de montagne comme Chamonix et Grenoble.

Source : robindesbois