,

Un réseau social dédié aux handicapés moteur permettra de communiquer par la pensée

Crédits : gtec.cat

En Russie, des programmeurs sont en phase de développement d’un réseau social qui va permettre de communiquer sans l’usage des mains, spécialement destiné aux personnes souffrant d’un handicap moteur.

Baptisé Neurochat, ce réseau social va permettre aux personnes qui souffrent de troubles ou de handicap moteur de communiquer entre-elles, sans l’usage des mains. Actuellement en phase de développement, cette plateforme intégrera un dispositif capable de convertir les impulsions générées par le cerveau en commandes.

« Neurochat consiste à créer un réseau social destiné aux personnes avec des particularités physiques et sensorielles. Sur ce réseau social, les gens pourront communiquer non seulement entre eux, mais aussi avec des médecins et avec les personnes aspirant à leur venir en aide » explique Natalia Galkina, directrice générale de la société Neurotrend, à la chaîne russe RT. Si les personnes ciblées par ce réseau « parviennent à communiquer, elles seront motivées pour suivre un traitement et guérir » ajoute t’elle.

Comment fonctionnera le dispositif ? « Il s’agit d’un complexe de projets appelés Technologies d’interface neuronale. Ils consistent à créer une transmission de l’intention de l’Homme, de l’effort mental vers la gestion des dispositifs exécutifs externes. La pensée de l’Homme peut être utilisée comme commande pour faire fonctionner un dispositif ou le désactiver » détaille Alexandre Kaplan, directeur du laboratoire de neurophysiologie de l’Université d’Etat de Moscou (MGU).

Composer un message sur un écran via la pensée est une technologie déjà existante, et déjà utilisée par des personnes souffrant d’un handicap moteur. Mais les applications sont limitées, cette technologie ne permettant jusqu’à présent de communiquer qu’avec son médecin ou ses proches. « Malgré l’existence de ce communicateur, l’Homme reste isolé » ajoute Alexandre Kaplan. L’idée ici est d’ouvrir le monde à ces personnes et les intégrer totalement à la société actuelle. « L’Homme pourra communiquer avec ceux qui souffrent de maladies similaires et ces gens se comprennent mieux. Il s’agit de l’insertion de l’Homme dans la société« , conclut M. Kaplan.

Source : sputnikinternational