Les virus géants utilisent un anti-virus pour se protéger

Des chercheurs viennent de découvrir dans des virus géants un mécanisme de défense similaire à celui qu’utilisent les bactéries pour lutter contre d’éventuels intrus, en modifiant le génome. Un...
Un virus géant vu au microscope électronique / Ghigo E, Kartenbeck J, Lien P, Pelkmans L, Capo C, Mege JL, Raoult D.
Un virus géant vu au microscope électronique / Ghigo E, Kartenbeck J, Lien P, Pelkmans L, Capo C, Mege JL, Raoult D.

Des chercheurs viennent de découvrir dans des virus géants un mécanisme de défense similaire à celui qu’utilisent les bactéries pour lutter contre d’éventuels intrus, en modifiant le génome.

Un bactériophage est un virus infectant des bactéries. Lorsqu’un bactériophage infecte une bactérie, il va injecter son génome dans cette bactérie. La bactérie est capable de digérer le génome de l’envahisseur en fragments qui vont subir quelques modifications. Celles-ci entraînent l’insertion de certaines séquences spécifiques, à un endroit précis du génome de la bactérie, situé entre de nombreux motifs de séquences répétées, qu’on appelle CRISPR. De manière plus simple, il s’agit d’un mécanisme de défense immunitaire qui va dégrader l’ADN du bactériophage. Ce système permettra à la bactérie de reconnaître et de couper l’ADN du micro-organisme étranger lorsqu’aura lieu une nouvelle infection de ce même type de bactériophage.

Les virus géants, des virus dont le diamètre est supérieur à 0,5 millième de millimètre, sont aisément visibles et, contrairement aux autres virus, peuvent s’observer à l’aide d’un simple microscope optique. Des parasites, appelés virophages (virus infectant des virus), peuvent les infecter. Une catégorie de virus géants, les mimivirus, utilise un mécanisme de défense vis-à-vis d’un virophage spécifique, le virophage Zamilon, qui ressemble beaucoup à celui des bactéries. Ces dernières utilisent en effet le système CRISPR pour se défendre contre des bactériophages. En analysant les séquences génétiques de 60 génomes de mimivirus, les chercheurs ont découvert que les mimivirus possèdent un mécanisme d’immunité similaire au système CRISPR, qu’ils utilisent pour lutter contre les virophages.

Des bactériophages infectent un virus / Dr Graham Beards

Des bactériophages infectent un virus / Dr Graham Beards

Le système de défense que le mimivirus utilise pour combattre le virophage a été baptisé Mimivire (pour mimivirus virophage resistance element). Les chercheurs ont « désactivé » le système Mimivire, rétablissant ainsi la vulnérabilité du mimivirus au virophage Zamilon. Ainsi, les chercheurs ont pu valider leur hypothèse, cette expérience prouvant effectivement que le système Mimivire est nécessaire pour que ce virus géant puisse se défendre efficacement contre le virophage. On peut donc imaginer que, comme CRISPR, Mimivire sera utilisé dans un futur proche par des entreprises de biotechnologies, afin d’utiliser ce système dans de nombreuses applications du domaine de l’ingénierie du génome.

Source : nature ; sciencesetavenir ;


Vous aimerez aussi