Ils veulent battre le record de vitesse avec un véhicule électrique, 400 km/h !

Ce projet ambitieux rassemble 21 étudiants de 18 à 23 ans en école d’ingénieurs ESTACA (campus Laval et campus Paris) spécialisés soit en Aéronautique, soit en Automobile. L’issue de ce...
Capture d’écran 2016-03-16 à 11.37.37

Ce projet ambitieux rassemble 21 étudiants de 18 à 23 ans en école d’ingénieurs ESTACA (campus Laval et campus Paris) spécialisés soit en Aéronautique, soit en Automobile. L’issue de ce projet est la participation pour la première fois pour des étudiants européens à la Semaine de la vitesse de Bonneville (aux États-Unis) en août 2017. Comme en témoigne le film « ‘Burt Monroe »’, c’est une course exceptionnelle qui rassemble par ailleurs en moyenne 600 000 curieux et autres passionnés autour de la participation d’environ 1500 appareils de toutes catégories sur un lac salé. Leur but : se présenter avec un véhicule électrique, un streamliner (ligne du vent) et de battre le record du monde dans leur catégorie en atteignant les 400 km/h. Sciencepost les a interviewés pour en savoir plus sur ce projet.

 Comment vous est venue cette idée?

Un jour, Guillaume Tatrie (chaîne de traction), passionné de moteurs électriques et ami d’Alexandre Penot (technique), lui a proposé l’idée de concevoir pour cette course un véhicule électrique.

Avez-vous un encadrement et de l’aide dans ce projet?

Les deux chefs de projet sont Alexandre et Guillaume. Alexandre a conçu plus jeune un petit bolide à 3 roues et avait eu l’idée de participer à la Speed week de Bonneville. Nous sommes aidés par un professeur et chercheur à l’ONERA pour l’aspect aérodynamisme, par un modeleur professionnel retraité de l’entreprise Plastima pour la fabrication carrosserie, par un ingénieur de l’entreprise GRUAU pour l’aspect Chaine de Traction et en cas de questionnements en Technique, de nombreuses entreprises Mayennaises se sont portées volontaires pour nous aider.

Néanmoins, nous souhaitons participer à toutes les étapes personnellement, car nous sommes fiers que notre projet soit 100 % étudiants. Les facteurs les plus importants sont pour nous : la Motivation, le Travail, la Capacité à travailler en équipe et la Passion.

Comment le travail en équipe des 21 étudiants est-il mis en œuvre?

estaca

Les éléments de notre équipe sont répartis par pôles. Il y a les pôles Technique, Chaine de Traction, Logistique, Carrosserie (aérodynamisme) et Etude des liaisons. Nous avons également tous beaucoup de travail dans le domaine de Communication (recherche de partenaires, campagne d’affichage, visibilité sur les réseaux sociaux, mise à jour du site internet, etc).

Quelles compétences sont nécessaires lors de la création de ce « streamliner » ?
estaca

Pêle-mêle de photos tirées d’Instagram.

Les compétences nécessaires sont une connaissance des logiciels CATIA et FLUENT et des connaissances en aérodynamisme, un savoir-faire en soudure, en mise-en plan, une étude des matériaux, des capacités de communication et de design, une étude de chaîne de traction, des calculs d’optimisation, un savoir-faire en construction de carrosserie en composites (fibre de verre et epoxy) ou en liaison au sol, etc. De nombreuses compétences sont nécessaires et c’est sur la base de cela que l’équipe a été constituée.

Quelles sont les étapes clefs d’un tel projet (tant dans la création que dans la mise en œuvre) ?

Les étapes importantes ont été la fabrication du châssis (4,5m), la modélisation 3D de la carrosserie et les études aérodynamiques (logiciels CATIA et FLUENT), la fabrication de la carrosserie (7m), l’achat des moteurs-batteries et le transport du véhicule. La carrosserie sera finie pour le 18 mars et le châssis est fabriqué depuis octobre 2015.

chassis

Le châssis fabriqué par l’équipe.

Quelles sont vos difficultés, facilités et vos craintes?

Notre plus grande difficulté et notre plus grande crainte concernent le financement. Il est difficile de trouver des partenaires même si nous en avons déjà 20.

Notre plus grande facilité est le travail en équipe et la motivation : ce projet entrant dans le cadre de l’association ITD (initiation à la technique et au développement), nous avons choisi de le rejoindre par Passion et l’envie d’apprendre. Une très bonne ambiance règne dans l’équipe : nous sommes en contact constant grâce à Facebook, une école commune et des réunions. Nous voulons avant tout que ce projet ait une valeur pédagogique donc chaque pôle explique régulièrement son rôle aux autres membres.

Que cherchez-vous à démontrer grâce à ce projet? Pourriez-vous nous parler plus en détail de vos motivations?

Nous voulons prouver que notre statut d’étudiants ne doit en aucun cas être un frein à l’ambition et donc à la réalisation de tels projets. Cette vision, nous voulons la partager avec les autres étudiants français.

Nous souhaitons également montrer qu’électricité peut rimer avec performances. En effet, en tant que futurs ingénieurs des transports, nous serons amenés à travailler les nouvelles énergies. Nous espérons, comme beaucoup, que les énergies propres pourront être l’avenir des transports. Ce projet est le moyen d’aider cette cause.

Enfin, nous ne voulons pas limiter notre enseignement à des cours théoriques. Ce projet est donc le moyen d’avoir des connaissances pratiques en rapport avec notre enseignement.

Vous avez lancé une campagne de crowfunding (financement participatif d’un projet), comment cette idée vous est-elle venue? Pourquoi avoir fait ce choix?

est

L’idée du lancement d’une campagne de crowdfunding est venue d’un de nos membres qui connaissait cette démarche. Ce choix s’explique par l’expression de l’enthousiasme de nombreux particuliers envers notre projet. En effet, nous sommes suivis par plus de 900 personnes sur Facebook et cela augmente de jour en jour. Nos familles nous soutiennent ainsi que de nombreux passionnés des sports mécaniques ou des étudiants. La campagne de crowdfunding est le moyen de faire participer toutes ces personnes. Nous les faisons entrer dans notre belle aventure en leur proposant des cadeaux souvenirs en échange de dons. Il y a des visites d’atelier, une participation aux essais, des maquettes 3D du véhicule, des chocolats de la forme du véhicule, la possibilité de signer le streamliner, etc.

Nous avons opté pour la plateforme Leetchi car elle n’impose pas de durée limite ni de somme à atteindre.

Après avoir battu le record du monde, quelles seront les suites? Ce projet a-t-il vocation à être pérenne? Si oui, en quoi?

À la fin de ce projet, les chefs de projet auront fini leur scolarité à l’ESTACA et entreront dans la vie active, comme une partie des membres de l’équipe. Le projet n’aura donc concrètement pas de suites. Néanmoins, comme dit au-dessus, nos buts ont une portée qui durera dans le temps. Les membres de l’équipe auront acquis une formation pratique, nous aurons gagné notre pari défendant l’électricité et les projets étudiants. De plus, les plus jeunes de nos membres pourront ensuite faire profiter de cette formation et ambition d’autres élèves en mettant, par exemple, en place d’autres projets.

Comment suivre l’avancée de votre projet?

L’avancée de notre projet est visible sur les réseaux sociaux Facebook, Instagram et Twitter. Nous y postons régulièrement des photos de nos réalisations, nous y présentons nos nouveaux partenaires et nous y invitons les particuliers à des évènements que nous mettons en place.

Le site Internet du projet : EstacaOntheSalt

Un grand merci à Selina Brun pour ses réponses aux questions sur ce projet.


Vous aimerez aussi