L’infarctus du myocarde se multiplie chez les jeunes femmes

Aujourd’hui, une femme sur trois meurt d’une maladie cardiovasculaire selon les données de la Fédération française de cardiologie. Elles sont de plus en plus touchées par un infarctus et...
Fotolia_62412680_XS

Aujourd’hui, une femme sur trois meurt d’une maladie cardiovasculaire selon les données de la Fédération française de cardiologie. Elles sont de plus en plus touchées par un infarctus et le nombre des femmes plus jeunes est en augmentation.

Les femmes seraient moins bien diagnostiquées, car les médecins attribueraient plus souvent leurs malaises à des crises d’angoisse ou d’anxiété (nausées, palpitations à l’effort, essoufflement, douleurs au milieu du dos, fatigue inhabituelle). Cela explique que les hommes reçoivent des soins plus rapidement que les femmes.

Selon l’InVS (Institut de veille sanitaire), entre 2002-2008 les hospitalisations pour infarctus du myocarde ont augmenté chez les jeunes femmes de 14,6 % chez les 35-44 ans et 17,9 % chez les 45-54 ans, mais ont diminué chez les hommes de 8,2 %.

Pour éviter les cas d’infarctus du myocarde, il faut adopter un mode de vie sain. Parmi les causes évoquées, il y a la sédentarité, les mauvaises habitudes alimentaires, l’alcool, le tabagisme et le stress. Une exposition à des facteurs hormonaux tels que la contraception, la ménopause ou la grossesse peuvent également causer la maladie. Souvent, c’est un dépistage incomplet et trop tardif qui conduit à l’infarctus. Chez les femmes, la maladie est plus aiguë, car elles sont plus « fragiles » à cause d’artères plus étroites et donc plus facilement bouchées par des caillots que chez les hommes.

Réagir dans la première heure pourra vous sauver la vie!

Les premières heures de l’infarctus sont déterminantes. Il se manifeste par une douleur thoracique aiguë qui prend naissance au milieu du thorax et qui s’accompagne d’une sensation de brûlure. En cas d’infarctus les chances de survie sont plus importantes si les soins sont rapides. Si on aide le malade avec des traitements durant la première heure qui suit l’infarctus, cela peut lui sauver la vie. Il faut bien comprendre les actions de prévention pour pouvoir aider la victime d’un infarctus.

Source : Futura-sciences


Vous aimerez aussi