Chine : une usine va libérer 20 millions de moustiques chaque semaine

Combattre les différentes maladies véhiculées par les moustiques, tel est le but d’une usine soutenue par des université chinoises et américaines. Cette usine va lâcher les millions de moustiques...
James Gathany/CDC
James Gathany/CDC

Combattre les différentes maladies véhiculées par les moustiques, tel est le but d’une usine soutenue par des université chinoises et américaines. Cette usine va lâcher les millions de moustiques stériles destinés à s’accoupler avec les autres moustiques infectés.

Plus de 700.000 personnes sont victimes chaque année de maladies telles que le chikungunya, la dengue, l’encéphalite japonaise ou encore récemment le virus Zika. Le point commun entre toutes ces infections est le porteur qui diffuse ces virus : le moustique. Le dernier arrivé, le virus Zika, a déjà touché près d’1,5 million de personnes, rien qu’au Brésil.

Une usine de 3.500 m2 a été construite en Chine dans la ville de Guangzhou (Canton, en français) et prétend détenir la solution à ce problème de santé publique mondial. Selon le site Quartz dans un article du 16 mars 2016, cette usine serait prête à relâcher dans la nature près de 20 millions de moustiques chaque semaine. Cet établissement à vu le jour après les recherches menées de consort entre l’Université de Sun Yat-sen à Canton et celle de l’état du Michigan aux États-Unis.

« Ils élèvent des moustiques qui sont infectés avec la bactérie Wolbachia, qui produit des œufs infertiles quand ils se reproduisent avec des femelles dans la nature » peut-on lire dans l’article du site Quartz.

Photo au microscope électronique à transmission de la bactérie Wolbachia présente dans une cellule de moustique

Le but ? Bloquer la prolifération des moustiques, et réduire leur nombre. En mars 2015 cette « usine à moustiques » avait pratiqué un premier test dans la région de Canton, consistant en la libération de 500.000 moustiques, ce qui a eu pour effet de diviser par deux la population de ces insectes dans la zone « traitée ».

« 500.000 moustiques est un nombre qui peut sembler impressionnant, mais en fait, il s’agit d’une goutte dans un océan », estime Xi Zhiyong, un des participants aux recherches.

De nombreux pays ont adopté ce genre de solution et ont chacun lancé leur programme, par exemple le Vietnam, le Brésil, l’Indonésie ou encore l’Australie. Le 14 mars 2016, le magasine Sciences et Avenir évoquait le fait que les États-Unis allaient probablement relâcher des moustiques « OGM » dans l’état de Floride afin de lutter contre le virus Zika.

« Ces moustiques Aedes aegypti OGM produits par la firme britannique Oxitec, sont porteurs d’un gène qui écourte nettement leur vie et celle de leurs progénitures qui meurent avant l’âge adulte » expliquait Sciences et Avenir. Un accord a été trouvé avec la Food and Drug Administration (FDA), alors que cette opération devrait se dérouler dans plusieurs mois.

Spécimen d'Aedes aegypti a Dar es Salaam en Tanzanie

Sources : QuartzSlateL’ExpressSciences et Avenir

Crédit photos : Muhammad Mahdi Karim (Aedes aegypti / Wikipédia) – Scott O’Neill (Wolbachia / Wikipédia)


Vous aimerez aussi