Au 16ème siècle, le football était plus meurtrier que les combats d’épée

Les spécialistes parlent de l’existence de formes de jeu anciennes ressemblant au football par exemple chez les Han, en Extrême-Orient ou en Chine ainsi que pendant l’Antiquité où ils...
Capture d’écran 2016-03-13 à 16.49.49

Les spécialistes parlent de l’existence de formes de jeu anciennes ressemblant au football par exemple chez les Han, en Extrême-Orient ou en Chine ainsi que pendant l’Antiquité où ils connaissaient déjà les jeux avec un ballon. Mais malgré des origines floues, on reconnaît souvent la Grande-Bretagne comme le berceau du football tel qu’on le pratique aujourd’hui. Pourtant à ses balbutiements, le football ne ressemblait en rien au sport que l’on plébiscite aujourd’hui.

À l’époque des Tudors, le terrain de football était très étendu et la distance entre un bout à l’autre faisait environ 1 mille (soit environ 1,6 kilomètre) et passait parfois à travers des villages entiers, coupant par des rues et des places. Le nombre de joueurs n’était pas limité à seulement deux équipes de 11. Ainsi, des villages entiers prenaient volontiers part au jeu soit des centaines de joueurs qui n’étaient même pas découpés en différentes équipes. La balle est faite de vessie de porc et pouvait être extrêmement lourde, tellement que le jeu au pied en devenait fastidieux.

L’une des particularités du football de l’époque est qu’il le second sport le plus meurtrier de l’époque après le tir à l’arc. Les gens mourraient plus en pratiquant ce sport vicieux que lors des combats d’épée. Cela n’a rien de surprenant lorsque l’on note qu’il n’y avait alors aucune règle (jouer à la main était même permis, cela peut surprendre vu son nom, mais à l’époque, la spécificité du jeu était qu’il se jouait à pied). Les rencontres étaient alors d’une barbarie sans nom. En effet, tout était permis et les coups portés entre joueurs n’étaient pas rares. Ceux-ci ne portaient bien sûr pas de protection et les fractures et autres effusions de sang étaient monnaie courante.

Capture d’écran 2016-03-13 à 16.58.34

Sa violence et le désordre qui pouvaient découler des différentes rencontres ont mis ce sport dans le viseur des grands représentants politiques de l’époque, plus spécialement ceux qui auraient préféré que la population se serve de ce temps libre pour se perfectionner aux rudiments du tir à l’arc à des fins militaires. Un exemple notable fut la tentative du roi Henry VIII de bannir ce sport en 1540 alors qu’en 1526, il avait fait faire par son cordonnier personnel une paire de chaussures en cuir sur mesure spécialement pour jouer au football. L’époque puritaine a également été très dure envers les personnes qui manifestaient un engouement certain pour les activités telles que le football tant elles semblaient frivoles, immorales et oisives. Toutes les tentatives d’interdire ce sport n’ont guère été fructueuses, mais ont néanmoins certainement permis de le faire évoluer petit à petit vers la forme du football régi par des règles plus strictes que nous connaissons aujourd’hui.

Sources : Fifa ; FindingShakespeare ; Historic-UK


Vous aimerez aussi