Un ancien lac et des traces d’écoulement découverts sur Pluton

Le mystère grandissait de jour en jour, en effet les spéculations augmentées depuis le mois d’octobre et la découverte de formes très étrangères sur Pluton. Les géologues affirmant que...
NASA/JHUAPL/SwRI
NASA/JHUAPL/SwRI

Le mystère grandissait de jour en jour, en effet les spéculations augmentées depuis le mois d’octobre et la découverte de formes très étrangères sur Pluton. Les géologues affirmant que ces formes ressemblaient à s’y méprendre à des structures en terrasses autour d’un potentiel lac.

Les équipes de la mission New Horizons ont tranché, l’hypothèse improbable il y a quelques années que cette structure soit due à des « matériaux liquides » semble être pourtant vraie. Mais ce n’est pas tout, la suite de l’étude mettrait en évidence des structures géologiques semblables à des traces d’écoulement, en termes simples, des rivières. Pluton est un corps céleste assez surprenant, en particulier son atmosphère, qui est très fluctuant, assimilée assez fréquemment à une sorte de super cycle de Milankovitć (une théorie qui rend compte de l’alternance des cycles glaciaires et interglaciaires qu’a connue la Terre, une théorie qui peut bien évidemment s’exporter sur d’autres planètes).

Le seul véritable paramètre qui varie sur Pluton par rapport à notre planète est l’inclinaison de l’axe de rotation, « Sur Terre il change de plus ou moins 1° seulement alors qu’il oscille de plus de 20° sur Pluton, du coup le cycle de Milankovitć est bien plus extrême que sur Terre », d’après Richard Binzel, professeur au MIT et membre de l’équipe de chercheurs de New Horizons. Lors d’une conférence mardi dernier, Alan Stern, directeur de la mission affirmait que « nos modélisations montrent que la pression a pu être dans le passé 1000 à 10 000 fois plus élevée ». Les variations répétées de la pression de Pluton et de ces conditions atmosphériques auraient pu permettre à l’astre d’avoir les conditions nécessaires pour la présence d’azote liquide.

Capture d’écran 2016-03-25 à 14.39.41

Qu’en est-il de la ceinture sombre de Pluton ? L’étude c’est également penchée sur cette caractéristique de Pluton, une zone de plus ou moins 13° autour de l’axe de l’équateur est toujours exclue de la zone du cercle polaire de l’astre. Cette ceinture sombre ne se retrouve ainsi jamais dans une nuit polaire saisonnière, la sonde New Horizons a analysé cette bande, ce qui a dévoilé une zone très cratérisée, dans cette région plus chauffée que le reste de la planète. Beaucoup d’énigmes et de questions restent en suspens sur Pluton, cependant l’équipe de New Horizons apporte des réponses à certaines de ces questions, quelques jours après avoir révélé la présence potentielle de nuage sur Pluton 

Source : CieletEspace


Vous aimerez aussi