La rivière bouillonnante d’Amazonie n’est pas une légende

Au Pérou, il était question d’une légendaire rivière bouillonnante au cœur de l’Amazonie. Un géologue péruvien, qui a toujours été intrigué par cette légende et a toujours cru en...
La rivière qui boutà Mayantuyacu, via Sofia Ruzo
La rivière qui boutà Mayantuyacu, via Sofia Ruzo

Au Pérou, il était question d’une légendaire rivière bouillonnante au cœur de l’Amazonie. Un géologue péruvien, qui a toujours été intrigué par cette légende et a toujours cru en sa véracité a finalement bien trouvé cet endroit, où l’eau est par endroit si chaude qu’elle bout.

« Arrête de poser des questions stupides. » Voici ce que l’on répondait à Andrés Ruzo durant son doctorat de géologie lorsqu’il demandait si la légendaire rivière bouillonnante d’Amazonie au Pérou existait bien. Pourtant, c’est bien lui qui a finalement trouvé cette rivière et prouvé son existence. Il est incroyable de penser que certaines merveilles naturelles de notre planète échappent encore à notre connaissance.

Alors qu’il n’avait que douze ans, au Pérou, le grand-père d’Andrés Ruzo lui racontait cette histoire sur les conquistadors espagnols qui, après avoir tué le dernier empereur inca, se dirigèrent dans la forêt amazonienne à la recherche d’or. Le peu d’hommes qui seraient revenus de cette expédition parlaient alors d’un véritable cauchemar vécu là-bas, avec notamment une rivière qui est en ébullition. Cette histoire a toujours résonné dans l’esprit d’Andrés Ruzo, et plusieurs années après, pour son doctorat en géologie, il se demandait si cette légende pouvait être vraie et a alors étudié le potentiel géothermique du Pérou.

Au cours d’une conférence TED qu’il a donnée, il évoque à quel point absolument tout le monde au cours de sa vie lui a soutenu que cette rivière n’existait pas et qu’elle relevait du mythe. Seules deux personnes lui confirmaient toujours son existence, son oncle et sa tante. Au cours d’une longue expédition dans la forêt amazonienne, Andrés Ruzo a effectivement fini par trouver cette rivière, un lieu sacré baptisé Mayantuyacu.

Devlin Gandy

Devlin Gandy

Jusqu’à 25 mètres de large et six mètres de profondeur pour cette partie de rivière nichée au fin fond de la forêt, avec une température moyenne de 86 degrés Celsius sur plus de six kilomètres. À certains endroits, l’eau est si chaude qu’elle bout. « Vous sentez cette eau flambée devant vous et ses panaches de vapeurs viennent à vous. C’est vraiment un endroit spectaculaire » décrit-il.

Andrés Ruzo explique que ce qui est étrange à propos de cette rivière, c’est que le volcan le plus proche se trouve bien trop loin pour être à l’origine de températures aussi élevées. Ceci pourrait alors s’expliquer par la position particulière du site d’un point de vue géologique : les eaux viennent probablement de glaciers des Andes et se sont infiltrées très profondément dans la terre pour resurgir à cette température élevée.

Actuellement en phase d’étude des organismes survivants dans ces eaux bouillonnantes, Andrés Ruzo veut désormais faire parler un maximum du site, menacé par l’abattage illégal des arbres qui l’entourent.

Source : gizmodo


Vous aimerez aussi