Lentilles de contact à réalité augmentée : une nouvelle étape a été franchie

Nombreux sont désormais les chercheurs et industriels à se pencher sur les lentilles de contact à réalité augmentée, une révolution dont l’avenir semble tracé pour en faire des outils...
Capture d’écran 2016-02-10 à 15.34.35

Nombreux sont désormais les chercheurs et industriels à se pencher sur les lentilles de contact à réalité augmentée, une révolution dont l’avenir semble tracé pour en faire des outils de diagnostic médical ou des systèmes d’affichage. Une nouvelle étape vient d’être franchie en ce sens.

La dernière avancée en date concernant les lentilles de contact à réalité augmentée est à mettre au crédit des chercheurs de l’Université d’Australie-Méridionale (UniSA), qui viennent de présenter la « preuve de concept » de l’un des défis les plus difficiles à relever pour donner un avenir à ces lentilles : y intégrer des circuits électriques.

Dans la revue Applied Materials & Interfaces, ces chercheurs expliquent être parvenus à mettre au point un nouveau revêtement pour les lentilles, transparent et biocompatible, conducteur d’électricité. La porte est ainsi ouverte à l’alimentation d’écrans miniaturisés ou à différentes sortes de biomarqueurs à des fins de diagnostic médical.

Le prototype de la lentille conductrice d’électricité mise au point par l’université d'Australie-Méridionale. © UniSA

Le prototype de la lentille conductrice d’électricité mise au point par l’université d’Australie-Méridionale. © UniSA

En s’appuyant sur ses précédents travaux, l’équipe australienne a traité la lentille conductrice au plasma dans le but d’obtenir une bonne adhérence du film polymère Pedot posé sur la surface. Le revêtement est ainsi hautement conducteur et biocompatible. Un prototype qui fait office de preuve de faisabilité, et la prochaine étape consiste à « développer les technologies complémentaires pour lire les informations transmises par les polymères conducteurs » explique Drew Evans, professeur à l’institut des Industries du futur rattaché à l’UniSA, qui rappelle que le principal objectif de ces lentilles est d’apporter des applications médicales.

Avant d’y parvenir, le chemin à parcourir reste long et plusieurs obstacles restent à lever, comme le fait de laisser l’œil respirer pour ne pas abîmer la cornée, ou encore trouver un moyen d’alimenter l’électronique de la lentille, possiblement via des ondes radio.

Source : futurasciences


Vous aimerez aussi