Un hôpital de Los Angeles paralysé par des cybercriminels

Un hôpital de Los Angeles a été la cible de cybercriminels, bloquant ainsi tout le système informatique de l’établissement. Les hackeurs réclament une rançon de 3,6 millions pour restituer...
Capture d’écran 2016-02-16 à 18.41.37

Un hôpital de Los Angeles a été la cible de cybercriminels, bloquant ainsi tout le système informatique de l’établissement. Les hackeurs réclament une rançon de 3,6 millions pour restituer l’accès aux ordinateurs.

L’hôpital Hollywood Presbyterian Medical Center de Los Angeles est paralysé depuis une semaine en raison d’une attaque perpétrée sur le système informatique de l’établissement. Des centaines de données médicales de patients ont été volées et certaines machines ne sont pour l’heure plus opérationnelles. La direction de l’hôpital affirme que la panne n’a pas affecté les traitements dispensés aux malades, mais certains patients ne pouvant plus recevoir leurs traitements ont dû être transférés dans d’autres hôpitaux de la ville en attendant que la police ne parvienne à identifier l’origine de l’attaque.

De leur côté, les pirates auraient demandé une rançon de 9000 bitcoins soit environ 3,6 millions de dollars pour remettre le système en état de marche et restituer les données volées. Les forces de police de Los Angeles, le FBI ainsi que des experts informatiques enquêtent actuellement sur cette attaque. Ils estiment que les hackeurs s’en sont délibérément pris à un hôpital, car « ils espéraient jouer sur le sentiment d’urgence pour se faire payer rapidement. »

Voici l'établissement qui a été attaqué / Junkyardsparkle

Voici l’établissement qui a été attaqué / Junkyardsparkle

Les ransomwares, ces logiciels malveillants qui prennent en otage des données personnelles, sont dangereux, particulièrement pour les systèmes d’information de type OIV (opérateur d’importance vitale). « Les cybercriminels sont opportunistes et calculent leurs exigences en fonction de la taille des entreprises, de leur importance sur le marché, etc. » expliquent l’organisation professionnelle Online Trust Alliance (OTA).

En France, le ministère des Transports a été victime d’une attaque de ce type le mois dernier.

Source : Business Insider


Vous aimerez aussi