Deux fourmis figées depuis 99 millions d’années dans un combat à mort

Des chercheurs ont analysé des fossiles d’insectes ensevelis dans l’ambre birman du Myanmar. Ils ont découvert deux espèces de fourmis figées à jamais dans un duel à mort, depuis  maintenant...
AMNH/D. Grimaldi and P. Barden
AMNH/D. Grimaldi and P. Barden

Des chercheurs ont analysé des fossiles d’insectes ensevelis dans l’ambre birman du Myanmar. Ils ont découvert deux espèces de fourmis figées à jamais dans un duel à mort, depuis  maintenant 99 millions d’années. Ces fossiles révèlent la vie sociale de ces insectes très tôt dans leur développement. Les fourmis se regroupent avec d’autres de leur genre et à l’occasion se livrent à un combat de mandibules. Les termites montrent quant à eux différentes adaptations du corps pour les soldats et les travailleurs, une caractéristique des rôles spécialisés.

Les termites sont le plus ancien groupe social animal connu, ils sont apparus il y a entre 100 et 146 millions d’années. Les colonies de termites d’aujourd’hui, tout comme du Crétacé, sont composées d’individus reproducteurs avec des ailes, les travailleurs chargés de la construction de tunnels et de collecte de nourriture et les soldats responsables de la défense. Des fossiles de termite de plus de 100 millions d’années avaient déjà été trouvés, mais il s’agissait seulement de termites ailés de reproduction. Les chercheurs ont baptisé une des espèces nouvellement découvertes dans l’ambre Gigantotermes rex. Le termite mesurait 2 centimètres de long et avait des mandibules puissantes. Les trois castes d’une autre nouvelle espèce, Krishnatermes yoddha, ont été trouvées, dont un soldat à tête épaisse, un travailleur beaucoup plus fragile et un termite de reproduction avec des ailes diaphanes.

Il est intéressant de trouver une telle délimitation des rôles si tôt dans le développement des termites, parce que les fourmis, ennemi juré des termites, n’étaient pas encore dominantes il y a 100 millions d’années. Si les fourmis représentent seulement 1 pour cent des fossiles d’insectes trouvés dans l’ambre, elles se regroupent beaucoup plus souvent que prévu. Par exemple, on a découvert un fossile contenant 11 fourmis Gerontoformica spiralis et une fourmi Haidomyrmex zigrasi, alors que la probabilité de trouver un tel fossile est de 1 sur 31 quadrillions. Un autre morceau d’ambre découvert contient 21 fourmis de trois espèces différentes. L’un des fossiles les plus spectaculaires a capturé des travailleurs de deux espèces, G. spiralis et G. tendir, dans un combat mortel avec leurs mâchoires jointes autour des appendices de l’autre. Avant que l’un des deux ne puisse sortir victorieux, l’ambre enveloppait la bataille, figeant sur place les belligérants.

Gerontoformica mauradarus / AMNH/D. Grimaldi and P. Barden

Gerontoformica mauradarus / AMNH/D. Grimaldi and P. Barden

La découverte de la « guerre » des fourmis montrant bien le comportement social complexe de ces insectes. Les chercheurs ont également trouvé des travailleurs et des reines fossilisés, révélant que ces spécialisations existaient déjà dans les colonies de fourmis du Crétacé. Les fourmis d’autrefois étaient bien différentes de celles d’aujourd’hui. Les fourmis Iridomyrmex, maintenant éteintes, avaient d’énormes mandibules qui auraient pu se refermer pour empaler ses proies. Iridomyrmex a survécu pendant au moins 20 millions d’années, et ses spécialisations suggèrent qu’il peut avoir dépendu d’un type de proie particulier, mais encore inconnu. Une autre espèce, nouvellement décrite à partir des échantillons birmans, avait une tête ressemblant à celle des chameaux et des mandibules couvertes de poils. Ces anciennes lignées sont aux fourmis d’aujourd’hui ce que les dinosaures sont aux oiseaux modernes. Une étude des fossiles et de la génétique des insectes modernes est en cours, afin de comprendre comment ces créatures et leurs structures sociales ont évolué.

Source : livescience


Vous aimerez aussi