Des chercheurs ont mis au point un programme qui lit dans votre cerveau ce que vous voyez !

Un logiciel développé par une équipe américaine décode les pensées en direct et devine ce que vous regardez pendant que vous le regardez. Le tout grâce à des électrodes...
KAI MILLER AND BRIAN DONOHUE

Un logiciel développé par une équipe américaine décode les pensées en direct et devine ce que vous regardez pendant que vous le regardez. Le tout grâce à des électrodes dans le cerveau. Impressionnant, non?

Une équipe de chercheurs de l’Université de Washington est parvenue à deviner en direct ce qu’un sujet regarde, simplement en sondant son activité cérébrale. Cette étude, publiée fin janvier dans PLOS Computational Biology, est un nouveau pas vers le décodage de pensées. Pour Rajesh Rao, neuroscientifique dirigeant l’expérience, « ce résultat prouve que nous pouvons développer un système de communication pour les patients complètement paralysés » comme l’AVC avec aphasie ou le syndrome locked-in. Des logiciels simples pourraient par exemple, montrer différentes actions sur un écran et le patient en choisirait une du regard.

L’étude a porté sur sept sujets épileptiques du centre médical Harborview à Seattle. Le traitement de ces patients requiert l’implantation d’électrodes dans leur lobe temporal, les chercheurs n’ont donc pas eu à le faire (c’est un processus fastidieux). « Ils en avaient de toute façon, nous leur avons juste demandé de réaliser quelques tâches en plus pendant leurs moments libres à l’hôpital » raconte Jeff Ojemann, co-auteur de l’étude.

Le but de l’expérience est d’arriver à deviner ce que le patient voit. Pour y parvenir, 300 images sont présentées aux sujets sous forme de trois enchainements très rapides. Pendant le visionnage, les électrodes extraient les réponses cérébrales associées à chaque image et un ordinateur les analyse. L’ordre du premier enchainement utilisé est connu par la machine qui s’en sert comme modèle pour définir quel signal correspond à quel dessin. Les deux autres séquences présentent des enchaînements aléatoires et permettent de tester la fiabilité de la méthode. Résultat de l’expérience : l’ordinateur à su reconnaitre pour 96 % des stimulations, l’image présentée aux sujets. Le tout avec un temps de réponse de 20 millisecondes. Du quasi direct donc.

nejro1-30niygu9v0ozkaxsbm598g

Dans cette expérience, deux données sont analysées par l’algorithme. D’une part, la localisation des stimulations neuronales (c’est-à-dire le potentiel évoqué) et d’autre part, leur intensité. C’est en combinant ces données que l’ordinateur peut définir ce qui est dans le champ de vision du sujet. Une image de maison, par exemple, va activer, plusieurs zones cérébrales, dont certaines en commun avec une image de visage, mais de façon différente.

« Jusqu’à présent, les chercheurs regardaient les neurones un par un, notre étude donne une image plus globale de la manière dont une personne attentive perçoit un objet complexe. » raconte Rajesh Rao, co-auteur de l’étude. C’est une étape de plus vers l’identification des zones du cerveau impliquées dans le traitement des informations visuelles. Peut-être même une étape qui nous rapproche de la télépathie.

Thomas Delozier

Sources : Eurekalert, PLOS


Vous aimerez aussi