Pourquoi certains poissons mâles font des œufs ?

Situé près de la frontière États-Unis-Canada, le Missisquoi National Wildlife Refuge est l’un des écosystèmes des zones humides les plus productifs et vierges du monde. Pourtant, même ici, les...
grappe d’oeufs de poisson par le Dr Jaime Gomez-Gutierrez, Mexique
grappe d’oeufs de poisson par le Dr Jaime Gomez-Gutierrez, Mexique

Situé près de la frontière États-Unis-Canada, le Missisquoi National Wildlife Refuge est l’un des écosystèmes des zones humides les plus productifs et vierges du monde. Pourtant, même ici, les scientifiques ont trouvé une abondance de poissons présentant des anomalies bizarres qui suggèrent une exposition à la pollution de l’eau.

Les scientifiques de la Fish and Wildlife Service des États-Unis et la Commission géologique des États-Unis ont étudié les poissons dans 19 réserves nationales de faune dans le nord-est des États-Unis, y compris Missisquoi. Ils se sont rendu compte que 85 pour cent des spécimens qu’ils ont examinés avaient des cellules germinales femelles poussant dans leurs testicules. Les scientifiques appellent cette condition intersexuée, et l’ont reliée à des produits chimiques d’origine humaine, qui imitent ou bloquent les hormones sexuelles. Au cours de la dernière décennie, des poissons mâles féminisés ont été découverts parmi 37 espèces dans les lacs et les rivières en Amérique du Nord, en Europe et d’autres parties du monde. Cette découverte dans les refuges fauniques protégés est donc inquiétante, car elle suggère que la pollution est peut-être encore plus répandue qu’on ne le pensait.

Les scientifiques fédéraux ont découvert ces poissons féminisés par accident dans le bassin versant de Chesapeake Bay en 2003. Ils effectuaient un examen post-mortem pour déterminer les causes de la mort de poissons quand ils ont trouvé des poissons mâles avec des cellules germinales femelles dans leurs testicules.

Certaines espèces de poissons, y compris le poisson clown et le mérou sont hermaphrodites, ce qui signifie qu’ils ont naturellement à la fois des organes sexuels mâles et femelles. Ils sont nés avec la capacité de changer leur sexe, c’est une adaptation particulière que certaines espèces ont développée au cours de leur évolution afin d’améliorer leurs chances de se reproduire.

L’intersexué est différent. Une accumulation de preuves suggère que l’intersexualité du poisson peut être le résultat d’une exposition à des contaminants qui englobent un large éventail de produits chimiques naturels et synthétiques, y compris les produits pharmaceutiques, les pesticides et les produits de soins personnels. Certaines substances chimiques comprennent les œstrogènes de la pilule contraceptive, le plastifiant bisphénol A, et l’herbicide atrazine. Ces produits chimiques peuvent imiter et, dans certains cas interrompre les processus hormonaux normaux d’un organisme. Dans le monde entier, des conditions intersexuées causées par une perturbation hormonale ont eu lieu chez les animaux aquatiques, y compris les alligators, les tortues et les grenouilles.

Source : nationalgeographic


Vous aimerez aussi