La mystérieuse étoile KIC 8462852 devient encore plus… mystérieuse

Le mystère s’épaissit autour de l’étoile KIC 8462852, dont les étranges variations de luminosité avaient il y a peu allumé de folles spéculations sur la présence d’une mégastructure Alien. L’hypothèse...
Illustration artistique d'une sphère de Dyson / DR

Le mystère s’épaissit autour de l’étoile KIC 8462852, dont les étranges variations de luminosité avaient il y a peu allumé de folles spéculations sur la présence d’une mégastructure Alien. L’hypothèse d’un gigantesque ballet de comètes ne tient plus, non plus. Mais alors, qu’est-ce que c’est?

Rappelez-vous, il y a quelques semaines la NASA repérait une étoile étrange, KIC 8462852, que vous retrouverez dans la constellation du Cygne, à 1.480 années-lumière de la Terre. Victime de baisses d’intensité de sa luminosité jusqu’alors inexpliquées, deux hypothèses étaient alors sorties du lot. Certains parlaient d’extraterrestres, spéculant sur la présence d’une mégastructure alien autour de l’étoile (sphère de Dyson). Hypothèse balayée en novembre par la NASA, d’autres ont alors pensé à un gigantesque ballet de comètes en transit. Mais encore une fois, l’hypothèse ne tient plus, comme le confirme cette nouvelle étude qui revient sur 100 ans d’observation.

Les variations de luminosité de 1890 à 1989 / © Bradley E. Schaefer, Louisiana State University

Les variations de luminosité de 1890 à 1989 / © Bradley E. Schaefer, Louisiana State University

Oui, car depuis longtemps, cette étoile se comporte bizarrement. Bradley Schaefer, astronome à l’université de Louisana State, a en effet fouillé dans le passé de l’étoile incriminée pour savoir si ces variations de luminosité étaient exceptionnelles ou régulières. Pour ce faire, il a parcouru les plaques photographiques numérisées de cette région du ciel témoignant d’un siècle d’observation, de 1890 à 1989. Il a ainsi découvert que la luminosité de l’étoile avait baissé de 20 % en l’espace d’un siècle. Ce qui est tout à fait inhabituel et, étant donné la continuité du phénomène, la présence de quelconques artefacts du satellite est à exclure. L’auteur s’explique :

« Avec 36 comètes géantes sur une orbite qui provoquerait une seule baisse de 20 % de la luminosité comme vue avec Kepler, il faudrait 648.000 comètes géantes pour créer des baisses comparables tout au long d’un siècle », déclare notamment l’astronome. Leur masse serait équivalente à celle, totale, de la ceinture de Kuiper. « Je ne vois pas comment il est possible pour quelque chose comme 648.000 comètes géantes [d’environ 200 km de diamètre chacune, NDLR] d’exister autour d’une étoile, tout en ayant leurs orbites orchestrées de sorte qu’elles passent toutes en face de l’étoile au cours du siècle dernier ».

Illustration artistique de comètes passant devant l'étoile / NASA/JPL-Caltech

Illustration artistique de comètes passant devant l’étoile / NASA/JPL-Caltech

Mais alors, si cette variation séculaire va à l’encontre de l’hypothèse d’une famille de comètes, qu’est-ce que c’est ? Interrogé par The New Scientist, Bradley Schaefer, qui avait d’abord réfuté la théorie des extraterrestres, qui « ne correspond pas » à ses nouvelles observations, conclut que soit « une de nos réfutations a un vice caché, soit quelqu’un doit venir présenter une nouvelle théorie ».

Sources : New ScientistFutura-sciences


Vous aimerez aussi