Détecter n’importe quelle maladie de chez soi en 30 minutes, c’est pour bientôt

Un processus en quatre étapes qui ne demande que 30 minutes, de chez soi, c’est tout ce dont nous aurons besoin dans un futur proche pour détecter quasiment n’importe...
CBC

Un processus en quatre étapes qui ne demande que 30 minutes, de chez soi, c’est tout ce dont nous aurons besoin dans un futur proche pour détecter quasiment n’importe quelle maladie. 

Des chercheurs de l’Université McMaster, à Hamilton au Canada, sont parvenus à mettre au point une technique des plus simples pour pouvoir détecter les maladies de chez soi. Un principe qui peut rappeler celui du test de grossesse, puisqu’il nécessite l’utilisation d’une languette de papier buvard capable de reproduire seul le travail de tout un laboratoire. Le processus se déroule en suivant les quatre étapes suivantes.

1/ Prélever un échantillon de salive

« Chaque virus, maladie ou agent infectieux a sa propre signature génétique. Ils laissent donc une trace qu’il est possible d’identifier » explique le directeur du Biointerfaces Institute, John Brennan. Seulement jusqu’à maintenant, il fallait l’expertise d’un laboratoire, le matériel génétique en question se retrouvant en quantité si négligeable qu’il fallait multiplier ces traces infimes d’ADN pour pouvoir savoir de quelle maladie il s’agissait.

2/ Déposer la salive sur le papier buvard

Selon les chercheurs de l’Université McMaster, ce travail de laboratoire est désormais réalisable par ce morceau de papier buvard spécifique. « Tous les éléments chimiques essentiels pour amplifier la signature génétique se trouvent maintenant sur une languette de papier« , déclare John Brennan.

3/ Patienter jusqu’à 30 minutes

Pour que le papier buvard réagisse à la présence d’ADN « suspect », il faut patienter entre 10 et 30 minutes. Ce test mis au point par ces chercheurs canadiens est pour le moment parvenu à identifier seul la signature génétique de l’hépatite C et de cellules cancéreuses mammaires. Ils expliquent qu’en théorie, toute maladie, infection, virus ou bactérie dont le code génétique est connu peut être détecté de la même façon.

4/ Lecture du résultat

Plusieurs couleurs sont à interpréter. Si la goutte que vous avez déposée sur la languette tourne au blanc, aucune anomalie n’est à déplorer. Si elle devient bleue, alors vous êtes porteurs du matériel génétique suspect. « C’est très simple. Tout le monde peut le faire, à la maison ou ailleurs. C’est aussi très rapide, et selon le résultat du test, une personne peut obtenir de l’aide médicale sans attendre » déclare Meng Liu, étudiant postdoctoral en biochimie et auteur d’un article scientifique sur la découverte.

CBC

CBC

Études cliniques, contrôles qualité, les étapes sont encore nombreuses avant de voir débarquer ce système de dépistage sur le marché. « Il faut que tout soit approuvé par Santé Canada, ce qui implique des études cliniques et des contrôles de qualité. Il faut aussi trouver la meilleure façon de fabriquer et de vendre ce type de test, en plus de trouver quelle compagnie pourra le faire » indique John Brennan.

Source : icicanada


Vous aimerez aussi