Un biologiste compte faire renaître le mammouth d’ici à sept ans

Biologiste moléculaire à l’Université d’Harvard aux États-Unis, Georges Church compte faire renaître une espèce éteinte de la surface de la Terre il y a 4 000 ans, le mammouth, et...

Biologiste moléculaire à l’Université d’Harvard aux États-Unis, Georges Church compte faire renaître une espèce éteinte de la surface de la Terre il y a 4 000 ans, le mammouth, et ce d’ici à sept ans seulement par le biais d’une méthode controversée. 

Le projet du biologiste moléculaire Georges Church est étonnant, faire renaître le mammouth laineux, et ce dans très peu de temps. « Je dirais qu’il nous faudra sûrement cinq ans pour mettre au point toute la partie développement de l’embryon, puis au moins deux ans pour procéder à une gestation complète. La première naissance pourrait donc avoir lieu d’ici sept à dix ans. Ce n’est pas loin du tout », explique-t-il au Huffington Post américain.

Une telle prouesse est rendue possible par le CRISPR-Cas9, un outil permettant de modifier les gènes de n’importe quelle cellule à volonté. Afin d’y parvenir, deux étapes doivent être franchies. Dans un premier temps, prélever l’ADN contenu dans des restes congelés de ces grands mammifères, ensuite, injecter cet ADN dans l’animal qui dispose des chromosomes qui se rapprochent le plus des mammouths. Au terme d’une longue recherche, il s’avère que c’est l’éléphant d’Asie qui s’en approche le plus, au point que si le mammouth existait encore, les deux espèces pourraient se reproduire entre elles, selon le biologiste.

Une fois le code génétique manipulé, et quelques modifications menées sur l’éléphant comme une meilleure oxygénation du sang face aux basses températures ou encore une graisse sous-cutanée plus importante, les éléphants actuels seraient en mesure de donner la vie à des animaux plus gros et plus poilus. Le but ici avancé par Georges Church est de repeupler la Toundra et les forêts boréales d’Eurasie et d’Amérique du Nord, et de préserver le permafrost sibérien.

Le mammouth de Choulans au Musée des Confluences de Lyon / El pitareio

Le mammouth de Choulans au Musée des Confluences de Lyon / El pitareio

Source : huffingtonpost


Vous aimerez aussi