Le Japon développe des robots androïdes capables de venir en aide aux humains en cas de catastrophe

  Situé sur la « ceinture de feu » du Pacifique, l’archipel du Japon est le pays de toutes les catastrophes naturelles. À Tokyo, deux robots développés pour venir en aide...
Capture d’écran 2015-12-04 à 15.23.58

 

Situé sur la « ceinture de feu » du Pacifique, l’archipel du Japon est le pays de toutes les catastrophes naturelles. À Tokyo, deux robots développés pour venir en aide en cas de catastrophe ont été présentés au cours d’une exposition internationale.

Organisé tous les deux ans à Tokyo, au Japon, l’événement réunit en ce moment même, et ce jusqu’à samedi, près de 450 participants venus du monde entier pour présenter leurs avancées en terme de robots androïdes. Mercredi, deux robots japonais ont été présentés, développés dans le cadre d’un projet lancé après le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, qui a tué plus de 18.500 personnes le long des côtes nord-est et provoqué l’accident nucléaire de Fukushima.

Ces robots sont développés afin de parvenir à les rendre capables de venir en aide aux humains en cas de catastrophes naturelles. Il faut dire que le Japon n’est pas en reste, le pays connaissant un véritable panel de désastres : tremblements de terre, typhons, tornades, inondations monstres, glissements de terrain et éruptions volcaniques.

Le premier de ces robots est baptisé « HRP-2 Kai » et mesure 1,70 m. Selon Fumio Kanehiro, l’un des développeurs de l’androïde, celui-ci est capable d’identifier les débris disposés au sol ce qui lui permettrait de les contourner pour continuer sa progression. Le second, « Jaxon », 1,88 m, est lui capable de se pencher et de se mettre à quatre pattes dans les environnements restreints, ainsi que de déplacer des obstacles et déblayer un chemin, même dans un environnement risqué pour les hommes.

hrp2kai_bustup

HRP-2 Kai

Pas encore tout à fait au point, ces robots devraient être commercialisés d’ici à cinq ans comme l’espère Shuji Yumitori, responsable de la division robotique au sein de l’Organisation pour le développement des nouvelles énergies et techniques industrielles (NEDO).

Source : levif


Vous aimerez aussi