,

Elon Musk propose de Terraformer Mars… avec des bombes nucléaires

Crédits : NASA

Terraformer la planète Mars est un défi qui occupe l’esprit de nombreux scientifiques, Elon Musk leur propose une solution radicale.

Mars est certainement LE corps céleste que l’Homme rêve d’atteindre dans les prochaines décennies. La planète est pourtant particulièrement hostile, son atmosphère est trop mince et sa température trop basse pour soutenir la vie. Les agences spatiales du monde entier s’intéressent ainsi aux moyens qui permettraient de modifier l’environnement martien pour le rendre habitable. L’utilisation de miroirs géants ou de gaz à effet de serre a été envisagée, mais Elon Musk, l’entrepreneur-inventeur milliardaire à l’origine de Tesla, SpaceX ou de la technologie Hyperloop, a pensé à une idée plus surprenante.

En effet, il était cette semaine l’invité du Late Show de Stephen Colbert dans lequel il a proposé l’idée suivante : faire exploser une charge nucléaire sur les pôles de la planète rouge. Lorsque le présentateur lui demande comment il s’y prendrait pour réchauffer la surface de Mars, le Tony Stark du monde réel lui rétorque qu’il existe une voie rapide et une voie lente, la voie rapide impliquant de bombarder les pôles avec des engins nucléaires. Le principe peut être simplifié de la manière suivante : l’explosion des charges induirait un vague de chaleur suffisante pour faire fondre la glace sur les pôles et permettre d’une part d’obtenir de l’eau sous forme liquide et d’autre part d’engendrer un cycle de réchauffement qui conduirait rapidement à rendre le climat de la planète plus hospitalier. Stephen Colbert ne manque pas de lui indiquer que cette idée fait de lui un super-vilain plutôt qu’un super héros, les risques d’un hiver nucléaire n’étant bien évidemment pas écartés avec cette « solution ».

Heureusement, la voie lente imaginée par Elon Musk paraît plus plausible et nécessite d’utiliser des gaz ayant un puissant effet de serre comme les halocarbones. Dans tous les cas, Elon Musk devra rapidement trouver une solution réalisable s’il veut pouvoir suivre son projet d’envoyer des Hommes sur Mars dans moins de dix ans.

Source : IFL Science