in

Voici les six centimètres carrés les plus calmes des Etats Unis

Crédits : jarmoluk / Pixabay

À l’extrême nord-ouest des Etats Unis, il existe un tout petit morceau de terre qui est encore épargné par les nuisances sonores humaines. Six centimètres carrés exactement, qui sont situés au cœur de l’Olympic National Park, dans l’Etat de Washington.

Pour trouver l’endroit le plus calme, ou plutôt le moins bruyant des Etats Unis, il faut se rendre dans l’Olympic National Park dans l’Etat de Washington, et longer la rivière Hoh pendant plusieurs heures jusqu’à atteindre un point bien précis : 47 ° 51’57.5 « N, 123 ° 52’13.3 » W.

Un américain de 62 ans, Gordon Hempton, a fait de son travail dans l’acoustique un véritable enjeu écologique pour protéger la nature de l’impact de l’Homme sur elle, notamment son impact acoustique. Celui qui enregistre les sons depuis plus d’une trentaine d’années se bat tout particulièrement pour préserver l’endroit le plus calme des Etats Unis, ces 6 cm².

Il ne s’agit pas d’un vide sonore absolu, et c’est en cela qu’il faut distinguer les sons de la nature des bruits provoqués par l’Homme. « La discipline de l’écologie acoustique dessine une importante distinction entre le son et le bruit. Le ploc de gouttelettes d’eau de la canopée ? Un son. Le petit vacarme métallique d’une Taylor Swift sortant des haut-parleurs d’un téléphone ? Du bruit » explique le site Outside Online.

Au terme d’une exploration de 48 des 50 états du pays, c’est donc à cet endroit précis qu’il a déposé une petite pierre rouge, marquant le fait que c’est ici que l’homme provoque le moins de bruit dans le pays. En tout cas, par séquences car ce calme reposant est détruit toutes les vingt minutes par le passage des avions… « Les niveaux de bruits de ces opérations vont avoir un impact sur la vie sauvage et la santé de l’Homme qui prendrait des décennies à être réparé » estime Gordon Hempton.

Effectivement, ces bruits provoquent des conséquences en chaîne pour cette faune, avec non seulement un environnement sonore incertain, mais aussi en créant chez les espèces un état d’alerte et de stress permanent, puisque leur cerveau perçoit ces nuisances comme des dangers. S’en suivent une accélération de leur rythme cardiaque, de leur pression sanguine, de leur niveau de stress et ainsi de suite.

Voici une précieuse minute de ce calme ponctué de sons sortis tout droit de cette nature riche. Que c’est agréable !

Source : outsideonline

– Crédits photo : Gordon Hempton