Le Black Dragonfish: un poisson aux airs du monstre d’Alien

Nous continuons aujourd’hui notre découverte des animaux les plus insolites de la planète avec le Black Dragonfish (Idiacanthus atlanticus). Il s’agit d’un poisson vivant dans les profondeurs abyssales et...
WWF
WWF

Nous continuons aujourd’hui notre découverte des animaux les plus insolites de la planète avec le Black Dragonfish (Idiacanthus atlanticus). Il s’agit d’un poisson vivant dans les profondeurs abyssales et dont la femelle ressemble à s’y méprendre au fameux monstre de la saga Alien.

Les tréfonds océaniques sont sombres, froids et regorgent de créatures aussi surprenantes que terrifiantes. Parmi ces dernières figures notamment le « black dragonfish » ou Idiacanthus atlanticus, un poisson appartenant au groupe des Stomiiformes dont la femelle ressemble comme deux gouttes d’eau au célèbre xénomorphe de la saga Alien.

Vivant jusqu’à près de 2 kilomètres sous la surface des eaux subtropicales et tempérées, cet animal est caractérisé par un important dimorphisme sexuel. En effet, la femelle mesure en moyenne 40 centimètres de long et possède des dents aiguisées comme des lames de rasoir qui lui confèrent l’apparence d’un monstre sanguinaire (voir vidéo jointe à l’article). À l’inverse, le mâle est quant à lui beaucoup moins impressionnant puisqu’il ne mesure que 5 centimètres à l’âge adulte, n’est équipé d’aucun appareil digestif et est dépourvu de toute dentition.

Le "black dragonfish" ou une restitution d'Alien dans l'océan.

WWF

Outre son physique peu engageant, le « black dragonfish » a, comme la majorité des animaux vivant à cette profondeur, la particularité de pouvoir produire sa propre lumière. Ceci est rendu possible grâce à des photophores (organe électroluminescent) placés juste sous ses yeux ainsi que sur l’ensemble de ses surfaces supérieures et inférieures. Néanmoins, contrairement à la plupart des autres espèces qui usent de cette lumière de manière essentiellement passive afin d’attirer leurs proies, le « black dragonfish » a quant à lui la possibilité de la détecter et d’émettre aussi bien dans le rouge (voire l’infra-rouge) que dans le bleu. Cette capacité le rend ainsi capable de voir dans la noirceur des abysses et de traquer de manière active ses proies.

© Carole Baldwin

© Carole Baldwin

Par ailleurs, si l’apparence de la femelle « black dragonfish » a de quoi alimenter nos pires cauchemars lorsqu’elle a atteint l’âge adulte, cela est loin d’être le cas au début de sa vie. En effet, à l’état de larve, ses yeux sont éloignés de son corps et simplement reliés à celui-ci par de longs filaments, ce qui lui confère un aspect quelque peu cocasse… (voir image ci-dessus).

Sources : WWFS&A


Vous aimerez aussi