in

Une étude confirme l’efficacité des cigarettes électroniques face au tabac

Crédits : lindsayfox / Pixabay

Une expérience menée sur des fumeurs par des pharmacologues de la Katholieke Universiteit Leuven (l’université catholique néerlandophone de Louvain) montre que la cigarette électronique est un substitut efficace du tabac, et peut aider efficacement les fumeurs à se débarrasser de leur addiction.

L’étude, menée sur une durée de huit mois, portait sur 48 participants, des fumeurs sans intention d’arrêter. Ils ont été séparés en trois groupes, deux ayant accès à des cigarettes électroniques et à du tabac, et un groupe de contrôle, qui pouvait seulement fumer du tabac. Initialement, l’expérimentation avait été menée en laboratoire, et les effets du tabac et de la cigarette électronique observés après 4 heures d’abstinence. Dans ces conditions, le vapotage s’est avéré tout aussi efficace que la cigarette pour éliminer les symptômes de sevrage et l’envie de fumer. En revanche, le vapotage n’a pas élevé les niveaux de monoxyde de carbone, le gaz toxique à l’origine du risque accru de maladies cardiovasculaires chez les fumeurs.

Après deux mois de tests en laboratoire, 34 % des sujets ayant accès à des cigarettes électroniques avaient totalement arrêté de fumer. Une fois les tests en laboratoire terminés, les participants ont tous reçu une cigarette électronique, et les chercheurs ont suivi leur consommation de tabac sur les six mois suivants. Au total, 21 % de tous les participants avaient totalement arrêté à la fin de l’étude, et 23 % avaient réduit leur consommation. Au total, la consommation de cigarettes des sujets a diminué de 60 %

L’efficacité du vapotage dans l’arrêt du tabac est donc bien réelle, et les scientifiques de la KU Leuven demandent au gouvernement belge de reconsidérer l’interdiction à la vente des cartouches de liquide contenant de la nicotine. La vapeur émise par les cigarettes électroniques contient entre 100 et 1 000 fois moins de substances toxiques que la fumée de tabac, et, si ces effets à long terme sur la santé sont encore mal connus, aucun risque lié à cette pratique n’a encore été mis en évidence.

Source : KU Leuven