in

Lune: une activité volcanique beaucoup plus récente que présupposé

Crédits : JAXA/SELENE - NASA LRO / LPOD

Contrairement à ce que l’on pensait jusqu’alors, une étude a montré que l’activité volcanique sur la lune a perduré assez tardivement et qu’elle était encore effective lors de l’époque des dinosaures. Par ailleurs, les résultats de ces mêmes recherches ont également mis en évidence que le volcanisme sur notre satellite pourrait potentiellement reprendre d’ici quelques millions d’années.

Alors que l’on pensait jusqu’ici que les derniers volcans lunaires étaient éteints depuis au moins un milliard d’années, une étude scientifique, publiée le 12 octobre 2014 dans la revue Nature Geoscience, est venue remettre en question cette croyance. Les auteurs de cette recherche ont en effet estimé que l’activité volcanique lunaire était encore présente il y a moins de 100 millions d’années.

Pour arriver à cette conclusion, l’équipe de scientifiques s’est basée sur les données récoltées par la sonde spatiale Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) qui s’emploie à examiner la surface de notre satellite naturel depuis 2009. Ainsi, en analysant les images prises par l’appareil de la Nasa sur la face visible de la Lune, les chercheurs ont pu identifier et dater  70 dépôts rocheux caractéristiques, appelés Irregular Mare Patches (IMP), qui seraient les témoins d’éruptions volcaniques survenues il y a moins de 100 millions d’années. L’un d’entre-eux, situé à proximité du cratère de Sosigenes, se serait même formé il y a seulement 18 millions d’années, soit bien après la disparition des dinosaures sur Terre.

Large de 100 mètres à 5000 mètres, le nombre et la répartition de ces IMP démontrerait par ailleurs que l’activité volcanique lunaire se serait arrêtée progressivement au cours du temps et non pas brusquement il y a un milliard d’années comme cela était présupposé jusqu’alors. « L’existence et l’âge de ces zones irrégulières nous montre que le manteau lunaire devait rester suffisamment chaud pour fournir du magma à ces petites éruptions qui ont créé ces aspects inhabituellement jeunes », a affirmé Sarah Braden, principal auteur de l’étude, relayée par le site nouvelobs.

«Cette découverte est le type de connaissance qui va littéralement obliger les géologues à réécrire les manuels concernant la Lune », s’est quant à lui enthousiasmé John Keller, du projet LRO.

Au vu de ces résultats, les chercheurs estiment que de nouveaux épisodes volcaniques pourraient logiquement survenir au cours des prochains millions d’années. Pour autant, l’histoire de l’évolution thermique de la Lune restant encore extrêmement incomprise, des études plus approfondies seront nécessaires avant de pouvoir confirmer cette éventualité.

Sources: LeJournaldelaScienceLenouvelObservateur

– Illustration : Les colines de Marius sur la Lune / JAXA/SELENE – NASA LRO / LPOD